Une naissance prématurée

Une naissance prématurée

Une naissance prématurée

Une naissance prématurée

Les types

On distingue trois niveaux de prématurité :

  • La prématurité moyenne (ou légère) qui correspond à une naissance intervenant entre la 32ème et la 36ème semaine d’aménorrhée révolue, soit 84% de la totalité des naissances prématurées, ou 12,5 millions. La majorité de ces nouveau-nés survivent grâce à des soins de soutien.
  • La prématurité sévère correspondant à une naissance entre la 28ème et la 32ème SA, ces bébés requièrent des soins de soutien additionnels. La plupart survivront.
  • La prématurité très sévère concerne les naissances intervenant avant 28 semaines. Ces bébés requièrent les soins les plus intensifs et les plus coûteux pour survivre. Dans les pays développés, ces bébés détiennent 90% de chance de survie, bien qu’ils puissent souffrir d’incapacités physiques, neurologiques et pédagogiques pour le reste de leur vie. Dans les pays à faible revenu, seulement 10% d’entre eux survivent.

A noter que des études font référence à la grande prématurité. Il s’agit alors de tous les enfants nés avant 33 SA.

Aucune survie n’a été obtenue en deçà de 23 semaines, soit en deçà de cinq mois de grossesse. Mais des exceptions existent : Emilia est née à 25 semaines, elle pesait à peine 229 grammes et mesurait 22 centimètres. En 2002, Nina est née à 108 jours, soit 17 semaines (SA), mais avec 320 gr.

La mortalité d'un prématuré viable de 33 à 36 semaines est un peu supérieure à celle des bébés nés à terme et elle est surtout due aux facteurs associés à la prématurité (malformations, retard de croissance majeur, privation d'oxygène lors de l'accouchement). La survie reste exceptionnelle au-dessous de 24 semaines, alors qu'elle dépasse 90% pour les prématurés de plus de 29 semaines admis en service de néonatologie.