Une naissance prématurée

Une naissance prématurée

Une naissance prématurée

Une naissance prématurée

Les caractéristiques

Nous allons aborder les conséquences de la prématurité. Il faut bien avoir en tête que tout ce qui est écrit correspond à des statistiques ou risques. Tous les enfants nés trop tôt ne présentent pas des troubles, même dans les cas extrêmes. Il y a des enfants avec de grandes forces pour compenser les difficultés de grossesse et d’autres qui sont faibles même dans des circonstances nocives faibles. Autrement dit, un extrême prématuré peut être indemne de toute pathologie et un prématuré moyen (léger) se retrouver avec des troubles divers. Mais d’une façon générale, plus la prématurité est grande et plus il y a un risque pour l’enfant d’avoir un problème de développement.

Faites également attention de ne pas mettre toutes ses difficultés éventuelles dans son développement sur le compte de la prématurité.

La naissance prématurée d’un enfant interrompt son développement in utero : ses organes sont présents, mais ils sont immatures. Ceci concerne principalement et notamment quatre organes : le cerveau, les poumons, le tube digestif et le canal artériel.

Immaturité du système nerveux central

Bien que les structures cérébrales soient en place, le cerveau des grands prématurés est immature. Des étapes essentielles à son développement se produisent en effet entre la 24ème et la 32ème semaine de gestation. La naissance prématurée vient donc interrompre le processus normal de maturation et le développement cérébral optimal. Une surveillance régulière par électroencéphalogramme et par l’imagerie est nécessaire au cours des premières semaines pour dépister d’éventuelles anomalies, en particulier en cas de grande prématurité. En fait, est en cause l’immaturité des vaisseaux sanguins du cerveau. Cette fragilité aboutit facilement à des hémorragies à certains endroits stratégiques, comme dans ou à l’arrière de certains ventricules ou à la perte de voies nerveuses en train de se myéliniser (leucomalacie). Ces hémorragies aboutissent, dans des cas extrêmes, à une infirmité motrice d’origine cérébrale. Cela concerne malgré tout environ 5% des prématurés.

Immaturité pulmonaire

Des poumons matures produisent une substance qui tapisse la surface des alvéoles pulmonaires et permet leur bon fonctionnement : le surfactant. Chez les prématurés, les poumons ne produisent pas encore cette substance, ce qui entraine des difficultés respiratoires. La possibilité de synthétiser le surfactant apparaît en moyenne après la 32e semaine, mais il existe une grande variabilité d’un enfant à l’autre. Il est donc nécessaire d’administrer aux enfants prématurés un surfactant exogène, à l’aide d’une sonde d’intubation. Une assistance respiratoire sous forme de ventilation mécanique nasale ou par l’intermédiaire d’une sonde d’intubation est également utilisée pour pallier l’immaturité pulmonaire. Malheureusement, chez certains enfants, la ventilation mécanique associée à l’immaturité pulmonaire se complique d’une inflammation et d’une hyperréactivité bronchique qui entraine une pathologie pulmonaire : la dysplasie broncho-pulmonaire. Cette complication constitue l’une des principales causes de morbidité chez les enfants prématurés. Les prématurés nés à moins de 34 à 36 semaines de grossesse font par ailleurs fréquemment des pauses respiratoires (apnées) dues à l’immaturité de la commande neuro-respiratoire. Ces pauses peuvent entraîner une diminution de la quantité d’oxygène dans le sang nécessitant la mise en place d’une assistance respiratoire. Un traitement par un dérivé de caféine stimule les centres neuro-respiratoires. Il est systématiquement délivré aux grands prématurés.

Immaturité du tube digestif

Le prématuré n’a pas encore le réflexe de succion et ses mécanismes de déglutition et de respiration ne sont pas coordonnés. Dès lors, avant un âge gestationnel de 34 semaines, l’alimentation des enfants se fait par voie entérale, à l’aide d’une sonde introduite dans le tube digestif via la bouche. Le choix du lait dépend de l’âge gestationnel. Le lait maternel est recommandé, qu’il provienne de la mère ou de lactarium (banque de lait de femme). Il peut être enrichi. Il existe également du lait spécifique pour prématurés.

Le canal artériel

Des ralentissements de la fréquence cardiaque sont fréquents chez le prématuré, en raison de l’immaturité du système de contrôle du rythme cardiaque qui le rend très sensible à toute variation (manque d’oxygène, pause respiratoire, reflux gastrique…). En outre, il existe chez le fœtus un canal qui laisse communiquer l’aorte et l’artère pulmonaire pendant la vie fœtale. Ce canal s’obstrue spontanément et définitivement à la naissance. Mais chez le prématuré, il tarde à se fermer et peut entrainer un reflux de sang vers le poumon. Dans ces cas, un traitement médicamenteux est nécessaire pour le fermer.